jeudi, novembre 23, 2006

L'échevin PS molenbeekois Ikazban qualifie de racistes les propos du bourgmestre PS Demannez (Saint-Josse)

Jean Demannez (bourgmestre PS de Saint-Josse): "Je crains que le jour où il n'y aura plus de vieux chef blanc à la tête de la commune, d'aucuns tentent d'imposer une culture dominante." (La Libre Belgique 20/11/2006)
Jamal Ikazban (échevin PS à Molenbeek): "Je m'inscris en faux, en tant que socialiste, face à ces propos. C'est bizarre, en tant que maïeur, d'avoir un discours sur la citoyenneté dans une commune multiculturelle comme Saint-Josse et de considérer encore les étrangers comme des étrangers. Moi, ça ne m'intéresse pas de savoir si mes collègues sont blancs ou basanés. Ce qui compte, c'est qu'ils soient compétents." (Le Soir 22/11/2006)

Réflexions shaïtanesques

Jamal Ikazban n'a certainement pas lancé une telle attaque contre un bourgmestre du même parti sans avoir demandé le blanc-seing de son Grand Chef Philippe Moureaux, patron des socialistes bruxellois et bourgmestre de Molenbeek, un "vieux chef blanc", selon l'expression demanneziste (qui se croit peut-être encore à l'époque des colonies), qui pourrait d'ailleurs céder son écharpe mayorale en cours de mandat à... l'échevin Ikazban, seul membre du collège à disposer d'une légitimité interne aux diverses composantes du PS local.

Mais Jamal Ikazban a également une autre casquette, celle d'attaché de cabinet du secrétaire d'état régional Emir Kir, qui aurait bien voulu devenir calife à la place du calife au soir des élections communales en invoquant ses 44 voix d'avance ( 1.635 contre 1.591) sur le bourgmestre sortant Jean Demannez. Il est donc difficile d'imaginer qu'il n'ait pas non plus demandé conseil à son employeur avant de téléphoner au Soir.

La "manifestation spontanée" orchestrée par la famille de Kir et des membres de son cabinet dans la maison communale, avec pour slogans "Demannez démission" et "Kir bourgmestre", n'avait pas eu l'effet escompté. Kir deviendra donc début décembre premier échevin "empêché" (la loi interdit un cumul entre des postes exécutifs régionaux et communaux), jusqu'à son départ du gouvernement régional, après les élections de juin 2009.

Ou plus tôt, après le jugement en appel dans l'affaire "Kir contre Koksal et Lambert", puisque le sous-ministre régional, pourtant représenté par un avocat renommé marié à la ministre de la Justice elle-même, n'avait pas réussi à convaincre le tribunal de première instance de sa bonne foi, bien au contraire (voir le jugement, aux attendus accablant). Et, au vu de certains nouveaux éléments matériels accablants amenés par des vents favorables dans notre escarcelle, il deviendra bientôt de plus en plus difficile au sous-ministre menteur, négationniste et délinquant de se maintenir à un poste où il a accumulé en deux ans les preuves de son incompétence (gestion calamiteuse de la fête du sacrifice, retards dans les classements d'immeubles,...).

Alors, Kir(znogoud) ou le "Vieux chef blanc", qui a de son côté été mis en cause pendant la campagne électorale dans diverses "affaires" (Pyramides, Dalkia, Chab) sur lesquelles le Parquet se penche, Saint-Josse n'est pas gâtée avec un tel duo de frères ennemis à sa tête. Et les inimitiés entre membres du futur nouveau collège sont telles qu'on se demande comment tous ces gens vont gérer la commune, unique en Belgique à compter une population majoritairement allochtone originaire du Maroc, de Turquie et du Congo.

Pierre-Yves Lambert

1 commentaire:

Rachid Z a dit…

Excellentes réflexions, aussi chaïtanesques soient-elle,merci de continuer à nous les transmettre.
Elles participent à éclairer notre univers citoyen sur ses scories politiques !