samedi, avril 25, 2015

Elus et représentants de partis belges à la manifestation du 24 avril 2015


Julie De Groote, députée régionale bruxelloise CDH depuis 1999


Première photo, de gauche à droite: Ibrahim Erkan (conseiller communal CDH à Saint-Josse, 2000-2012), Yusuf Benhur Ergen (conseiller communal CDH à Bruxelles, 2012-), tous deux Syriaques orthodoxes, Serob Muradyan (conseiller communal CDH à Saint-Josse, 2012-), Arménien
Deuxième photo, au milieu: Simon Najm (échevin CDH à Nivelles, élu depuis 2000), Libanais chrétien


A droite, Hervé Doyen, bourgmestre CDH de Jette, à gauche Nahro Beth-Kinne, président de l'Institut assyrien de Belgique (établi à Jette)



Siméon Ndaye, conseiller à la présidence du MR, qui commence son allocution par deux phrases en arménien, dont "je suis arménien".


Fatoumata Sidibe, députée régionale bruxelloise FDF depuis 2009, affirme que son parti soutient sans réserve l'adoption d'une loi pénalisant la négation des génocides, celui des Arméniens, Assyriens, Syriaques au même titre que la Shoah.


dimanche, octobre 26, 2014

Elections parlementaires tunisiennes à Bruxelles



Photos: P.Y. Lambert 26 octobre 2014 (les deux du haut: Maison de la culture, place du Champ de mars, à Matongé; celle du bas: consulat de Tunisie, boulevard Saint-Michel, Etterbeek)











Il n'y avait pas foule ce dimanche en début d'après-midi dans les deux seuls bureaux de vote bruxellois où étaient organisées ces premières élections législatives démocratiques tunisiennes depuis celles pour l'Assemblée constituante en 2011, celui de Matongé était presque vide, il y avait un peu plus de monde au consulat. Devant chaque bâtiment, une jeune femme portant un badge d'observateur.

Il semble que pas mal d'électeurs inscrits, dont certains l'était déjà en 2011, n'ont pas pu voter soit parce que leurs noms n'apparaissaient sur aucune liste d'électeurs, soit parce qu'ils avaient été inscrits par erreurs administratives dans des bureaux d'autres villes, voire en France ou même en Tunisie !

Des personnes rencontrées sur place avaient deux théories: soit les fonctionnaires qui ont organisé ces élections à partir des consulats sont d'anciens benalistes qu craignent que, comme en 2011, Ennahda rafle la majorité des votes de la diaspora, soit ce seraient des militants d'Ennahda qui auraient "sélectionné" des électeurs hostiles à leur parti et auraient fait éliminer leurs noms des listes.

Cette dernière théorie semble toutefois plutôt relever d'un accès de fièvre complotiste, la personne qui nous en a fait part a, plus tard dans la conversation, affirmé détenir des preuves que Ghannouchi, leader d'Ennahda, avait lui-même tenté de rallier le régime benaliste, et qu'il fallait le pendre haut et court...

Au total, il y aurait 9.000 inscrits parmi les 22.000 Tunisiens de Belgique, dont la plupart sont binationaux. Ils pouvaient voter sur trois jours, vendredi, samedi et dimanche.

à lire aussi:
Belga, "Législatives: les Tunisiens de Belgique rencontrent quelques difficultés", Dernière Heure, 24 octobre 2014
(liens) "Élections à l'Assemblée constituante tunisienne de 2011 en Belgique", Suffrage Universel (wiki)

samedi, août 09, 2014

Manifestation à Bruxelles le 6 août 2014 pour les chrétiens d'Orient



La personne avec le turban blanc aux côtés des prêtres chrétiens orientaux en tête de la manifestation est le cheykh Assaad Ballouk, d'origine libanaise (Baalbek), ancien responsable de la mosquée (chiite) Houda à Laeken. Aucun média belge n'a souligné sa présence, ce alors qu'il était bien visible et qu'il a pris la parole à la tribune pour dénoncer comme contraire aux préceptes islamiques les exactions de Daesh. Les "journalistes" belges, notamment de Belga, ont seulement mis en évidence de cette manifestation qu'un de deux voyous haineux pro-Daesh a été arrêté par la police et qu'un dignitaire catholique intégriste était présent. RTL-TVI a grossièrement sous-estimé le nombre de participants (500 selon RTL-TVI, 1.100 selon la police, 2.000 selon les organisateurs).

Parmi les manifestants non chrétiens, il y avait également Isabelle-Soumaya Praile, ancienne vice-présidente (chiite) de l'Exécutif des musulmans de Belgique, Bahar Kimyongür, militant politique d'origine turque (alaouite), Farid Kessas, ancien conseiller communal CDH de Saint-Josse, d'origine algérienne (musulman sunnite), et Rachid Zegzaoui, blogueur-vidéaste, ancien candidat du Parti jeune musulman et d'Egalité, qui est l'auteur de la vidéo sur cette manifestation. 

[mise à jour 10/08] Nahro Beth-Kinne, président de l'Institut assyrien de Belgique précise qu'il y avait des élus, Firyat Kaplan et Nicolas Stassen du FDF, et Zoé Genot d'Ecolo. Outre, bien sûr Yusuf Benhur Ergen, conseiller communal CDH et organisateur de la manifestation, et l'ancien conseiller communal (2000-2012) CDH Ibrahim Erkan.
[mise à jour 11/09] Gerolf Annemans, président du Vlaams Belang, était également présent. Aucun élu MR, PS, ni d'un autre parti flamand.

  video



A la cérémonie qui s'était déroulée quelques jours plus tôt, le 28 juillet, à la basilique de Koekelberg (voir photos et courtes vidéos),  les seuls politiciens présents étaient des élus du CDH, Joëlle Milquet, Georges Dallemagne, Hervé Doyen et évidemment des élus ou anciens élus communaux chrétiens d'Orient, tous CDH, Yusuf Benhur Ergen, Serop Muradyan et Ibrahim Erkan. Le Président du Comité des Arméniens de Belgique, Michel Mahmourian, était également présent.

Une pétition initiée par des militants progressistes franco-maghrébins en solidarité avec les chrétiens d'Orient, pourtant rediffusée par mail via Suffrage universel et via Facebook, n'a été signée en Belgique que par:
  • Nahro Beth Kinne, président de l'Institut Assyrien de Belgique
  • Mohammed Boukourna, ancien député fédéral
  • Mohamed Boulif, ancien président de l'Exécutif des musulmans
  • Ghezala Cherifi, ancienne conseillère communale, président de LABA
  • Fathi Elhadjali, Militant associatif du CVDT
  • Tamimount Essaïdi, ancienne échevine
  • Derwish Ferho, directeur de l'Institut kurde de Bruxelles
  • Younous Lamghari, chercheur à l'ULB
  • Khalid Zian, conseiller communal

  • CVDT (Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie)
  • LABA (Les amitiés belgo-algériennes)

samedi, juin 07, 2014

Dérapage complotiste et antisémite sur le site Demainonline

à l'attention de Badr Soundouss, auteur de "Tuerie du Musée juif : La dernière victime est un amazigh" et de la rédaction de Demain online

Votre article est publié aujourd’hui 7 juin, celui du Monde qui mentionnait déjà cette info date du 2 juin, celui de Paris Match du 28 mai, voir les extraits ci-dessous ! L’assertion selon laquelle « Personne, à part le site kabyle algérien Siwel, ne l’a relevé, parce que sûrement cela fait désordre. (...) Certains lobbys, très puissants en France, estiment que la souffrance et le victimisme leur sont exclusifs. Jusqu’au point de passer sous silence certains faits pourtant incontestables. » est donc gratuite et inepte, elle relève du complotisme antisémite et de l’ignorance !

Par ailleurs, on peut se demander à quoi rime cette obsession de la part des berbéristes de préciser, dès qu'il s'agit d'un Algérien, qu'il est "kabyle", sauf bien sûr quand il s'agit d'un délinquant ou d'un militaire tortionnaire, les journalistes de Paris-Match et du Monde qui ont mentionné cette info devraient s'interroger à ce sujet.


« De mère juive et de père kabyle, » (Paris-Match 28 mai 2014)


"Ce jour-là, Alexandre Aaron Strens, 25 ans, est lui aussi présent à l’entrée du musée. Cet ancien étudiant en marketing et en communication, né d’une mère juive et d’un père kabyle, venait d’être embauché au service communication. (Le Monde 2 juin 2014)

mardi, juin 03, 2014

"Il est donc louche qu'(...)il n’y aurait qu'un Turc sur 35 qui aurait voté pour moi sur Schaerbeek et Evere" (Sait Köse)

Compte-rendu de la réunion des candidats contestant la validation des dernières élections au Parlement bruxellois tenue le 2 juin à l’Ultieme Hallucinatie

texte et photos: Rachid Zegzaoui pour Suffrage Universel

Présents : Sait Köse (FDF), Gisèle Mandaila (FDF),  Georges Verzin (MR) (représentant de tous les candidats schaerbeekois, excepté  Abdallah Kanfaoui,  qui figuraient sur la liste MR aux dernières élections pour le Parlement bruxellois), Faouzia Chiadekh (MR), Arnaud Tellier (DLB), Jeannot Kabuya (sp.a), Veyis Top (MR), Mustafa Ulusoy (MR), Thierry Balsat (ProBruxsel), Danielle Evraud (MR), Ngyess Lazalo Ndoma (Ecolo), Léonidas Papadiz (MR), Maître Jérôme Sohier  (Avocat au barreau de Bruxelles depuis 1991, actif au sein de l’Association Lallemand & Legros depuis 1997) et Augustin Daout (avocat actif au sein de l’Association Lallemand & Legros).

Excusée : l’échevine (MR) ixelloise Delphine Bourgeois



Jeannot Kabuya (sp.a) : «J’ai été surpris de mes résultats : je me suis présenté en 2006 à Ixelles [ndlr sur la liste CDH] et j’ai obtenu 213 voix. A présent, alors que j’y ai distribué plus de 3.000 tracts, je n’obtiens sur la même commune que 80 voix. A Ganshoren, une vingtaine de  personnes qui me sont proches ont juré avoir voté pour moi et je n’y obtiens que 8 voix. 30 bénévoles m’ont aidé dans ma campagne et je fais le score d’un inconnu, le plus mauvais score de tous les candidats africains».

Danielle Evaux (MR) : «Je suis étonnée moi aussi de mon résultat même s’il est vrai que j’ai commencé ma campagne assez tardivement puisque c’est par manque de femmes que le parti m’a proposé de figurer sur la liste à la région. J’estime anormal le résultat que j’ai obtenu. Un résultat quasi semblable à celui que j’ai fait aux élections communales de 2012 (725 voix), alors que j’ai mené campagne dans plusieurs communes».

Thierry Balsat (ProBruksel) : «Je suis présent parmi vous suite au dysfonctionnement survenu dans le système électoral belge lors des dernières élections. Ce qui m’interpelle terriblement, c’est qu’on ose dire qu’on aurait jeté des voix à la poubelle.»

Faouzia Chiadekh (MR) : “Je suis dégoûtée. J’ai fait tous les marchés et il y avait 15 familles autour de moi durant toute la campagne. Sur le canton de Schaerbeek, je fais 163 voix et sur l’ensemble j’obtiens 613 voix à la région. En 2006, j’ai fait 354 voix, en 2012, après avoir changé de parti, j’ai fait 187 voix et en 2014, alors que je ne me suis jamais autant engagée dans une campagne électorale, je ne fais que 163 voix. Je ne comprends pas. Aussi, j’aimerais que vous sachiez que dans le bureau de vote où j’ai voté, il n’y avait que des observateurs et des candidats du PS, qui parlaient et distribuaient des cartes aux électeurs.»

Intervention de maître Jérôme Sohier : «Ces observations sont-elles actées dans un PV et signé par le président du bureau de vote en question ? Car si ce n’est pas le cas, juridiquement ça n’a aucune valeur, aucun juge ne recevra celà.»

Gisèle Mandaila, députée FDF sortante. En 2009, elle obtenait 2.400 voix de préférence et en 2014, elle perd un tiers de ses voix (1672). «En ce qui me concerne, je suis ici pour dénoncer le déni de démocratie auquel nous assistons. A partir du moment où il y a irrégularité il convient de revérifier le résultat ou de procéder à de nouvelles élections.»

Georges Verzin (MR) occupait la fonction d’échevin jusqu’en 2012. A l’issue des élections communales de 2006, il comptabilisait 1.906 voix de préférence contre 1.235 à l’issue de celles de 2012 et seulement 512 voix à Schaerbeek aux régionales 2014. «Le recours que je compte introduire repose sur le refus de la juge de paix de signer la validation du vote à Schaerbeek qu’elle n’a pas pu contrôler. Dès le moment où des personnes assermentées refusent de valider les élections sur base d’éléments extérieurs, il y a suspicion légitime. Il me revient également que plusieurs présidents de bureaux de vote auraient subi des pressions les incitant à signer les procès-verbaux».

Veyis Top (MR-CHP) : «J’étais candidat sur la liste MR pour le Parlement bruxellois et ce qui m’a choqué, c’est qu’à Schaerbeek, sur ces dernières élections, je n’obtiens que 194 voix et aux communales 2012 j’ai fait quelques 190 voix. Pourtant, cette fois-ci, il a y plusieurs centaines de personnes qui disent avoir voté pour moi. Je trouve ça vraiment illogique».

Sait Köse (FDF) : «Aux dernières élections, j’étais onzième sur la liste FDF pour le Parlement bruxellois et comme d’autres, je pense être lésé dans ce comptage parce qu’il y a eu un couac surtout à Schaerbeek où j’ai fait il y a un an et demi presque 1.700 voix et je tombe aujourd’hui à 590 voix, alors que la liste FDF récolte plus de 9.000 voix. Il est donc louche que sur ces 9.000 personnes ayant voté pour le FDF à Schaerbeek, il n’y en a que 590 qui ont voté pour moi. Si j’analyse la situation dans un autre sens, sur 12.400 votants d’origine turque il n’y aurait que un Turc sur 35 qui aurait voté pour moi  sur Schaerbeek et Evere. Là aussi il y a un problème».

Ngyess Lazalo Ndoma (Ecolo) : «Moi, j’aimerais savoir quelles sont les chances que le recours aboutisse ?»

Après avoir entendu les plaignants, Maître Sohier distingue deux groupes : les candidats placés en ordre utile et qui avait vocation à être élu et les autres, qu’il invite à adresser un courrier au greffe du bureau élargi du Parlement bruxellois qui se réunira mercredi 04 juin prochain.

Pour Sait Köse, Angelina Chan, Gisèle Mandaila et Georges Verzin, il y a lieu d’introduire un recours auprès de cette même instance contestant la légitimité de la composition du prochain Parlement bruxellois, qui devrait en principe être validé le troisième mardi qui suit les élections, autrement dit, le 10 juin prochain. Cette séance doit être suspendue. Si le bureau élargi nous laisse sans réponse, nous introduirons un recours en référé auprès du tribunal pour demander d’ordonner une «situation provisoire».

samedi, mai 31, 2014

Les parlementaires d'origine non-européenne après les élections belges du 25 mai 2014



Élus 2014
Parlement européen
(21 sièges)
0
Chambre des représentants
(150 sièges)
  1. Meyrem Almaci (Groen)
  2. Nawal Ben Hamou (PS)
  3. Zuhal Demir (N-VA)
  4. David Geerts (SP.A)*
  5. Zakia Khattabi (Ecolo)
  6. Emir Kir (PS)
  7. Meryame Kitir (SP.A)
  8. Ahmed Laaouej (PS)
  9. Nahima Lanjri (CD&V)
  10. Laurette Onkelinx (PS)**
  11. Özlem Özen (PS)
  12. Fatma Pehlivan (SP.A)
  13. Veli Yüksel (CD&V)
Parlement flamand
(124 sièges)
  1. Imade Annouri (Groen)
  2. Yamila Idrissi (SP.A)
  3. Yasmine Kherbache (SP.A)
  4. Nadia Sminate (N-VA)
  5. Guler Turan (SP.A)
Parlement wallon
(75 sièges)
  1. Latifa Gahouchi (PS)
  2. Joëlle Kapompole (PS)
  3. Alain Onkelinx (PS)**
  4. Olga Zrihen (PS)
Parlement régional bruxellois
(89 sièges, 72 FR + 17 NL)
comparer avec les résultats de 2009
  1. Fouad Ahidar (SP.A)
  2. Mohamed Azzouzi (PS)
  3. Bea Diallo (PS)
  4. Mathilde El Bakri (PTB-GO)
  5. Ahmed El Khannouss (CDH)
  6. Ahmed El Ktibi (PS)
  7. Nadia El Yousfi (PS)
  8. Hamza Fassi-Fihri (CDH)
  9. Youssef Handichi (PTB-GO)
  10. Jamal Ikazban (PS)
  11. Abdallah Kanfaoui (MR)
  12. Pierre Kompany (CDH)
  13. Hasan Koyuncu (PS)
  14. Fadila Laanan (PS)
  15. Bertin Mampaka (CDH)
  16. Rachid Madrane (PS)
  17. Zahoor Manzoor (MR)
  18. Mohamed Ouriaghli (PS)
  19. Mahinur Özdemir (CDH)
  20. Emin Özkara (PS)
  21. Sevket Temiz (PS)
  22. Barbara Trachte (Ecolo)
Parlement germanophone
(27 sièges)
0

* d'origine indienne
** de mère algérienne